Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Cet article est ma traduction en français d’un billet que Mark Shuttleworth à publié en anglais sur son blog le 9 juin 2007.

L’équipe OEM de Canonical a été approchée par plusieurs OEM qui souhaitent vendre des Netbooks (petits portables à bas prix conçus pour le Web) à base d’Ubuntu. Ils ont presque tous demandé les paquets standards et les mises à jours d’Ubuntu, avec un lanceur d’applications plus adapté aux nouveaux utilisateurs et qui ressemble plus à un « gadget » qu’à un PC.

Il existe des lanceurs très sympas – AWN est un de mes favoris actuel – mais les gens semblent préférer l’approche plus traditionnelle à 2 dimensions utilisant des onglets, ce qui fait que l’équipe OEM a implémenté pour ce type d’utilisation, un lanceur léger mais très classe. Le travail a été revu en détail dans Ars Technica et a été présenté dans Free Software Magazine et ailleurs.

Le but était de faire quelque chose de très simple qui puisse être testé facilement, fonctionne avec des périphériques tactiles et soit livrable très rapidement. Il fallait aussi qu’il soit efficace sur des machines peu puissantes, et marche bien sur du matériel Intel, qui semble être la plate-forme préférée de cette génération de machines et nous permet de glisser quelques nouveaux effets difficiles à obtenir sans le support matériel adéquat. Voici une copie d’écran d’une version récente :

Le nouveau lanceur est un logiciel libre – jusqu’à maintenant, tout ce que Canonical a financé, écrit et publié pour une utilisation publique sur Ubuntu l’a été sous licence GPL. Nous utilisons actuellement la licence GPLv3. Vous pouvez récupérer les paquets concernés sur un PPA public, ajoutez simplement la ligne suivante dans votre /etc/apt/sources.list :

deb http://ppa.launchpad.net/netbook-remic-team/ubuntu hardy main

Le PPA contient plusieurs paquets pour le lanceur, des applets pour GNOME, des outils de configuration du gestionnaire de fenêtre et des thèmes. Ces composants sont petits mais améliorent le confort d’utilisation d’Ubuntu fonctionnant avec le lanceur pour Netbook sur des écrans ayant une faible résolution verticale. Il y a aussi du code spécifique aux plates-formes matérielles Netbook d’Intel, n’installez pas ume-config-netbook à moins de disposer du bon matériel ! Voici tout le code produit par Canonical et publié sur Launchpad sous licences de logiciel libre :

https://launchpad.net/netbook-remix

https://launchpad.net/netbook-remix-launcher

Je suis particulièrement content des possibilités qu’il offre en libérant davantage d’espace sur l’écran pour la navigation Web, qui est probablement l’utilisation principale sur ce type de formats de machines :

Il y a encore plein de problèmes à résoudre, Ars a par exemple signalé des problèmes avec les palettes de GIMP, je vous invite donc à saisir l’opportunité de le tester avec les applications que vous pensez utiliser sur un petit portable (ou comme dirait El Reg, un portable – http://www.theregister.co.uk/2008/06/04/ubuntu_netbook_remix_demonstrated/). Et n’hésitez pas à faire un retour et proposer l’inclusion d’une branche ou deux si vous êtes prêt à faire un peu de bricolage !

Pour le reste, le remix Netbook utilise les paquets standards Ubuntu provenant de l’archive standard d’Ubuntu, avec les mises à jour de sécurité standards. Il respecte donc tous nos engagements habituels concernant la sécurité et la compatibilité. Vous pouvez recréer le remix Netbook en installant simplement la 8.04, en ajoutant le PPA à votre liste de dépôts, en allant chercher les paquets et en les configurant comme il faut pour votre système.

Le remix Netbook ne fait pas partie des « éditions officielles d’Ubuntu », ce n’est pas comme Kubuntu ou Ubuntu ou Ubuntu Server. C’est un remix séparé, publié par l’équipe OEM de Canonical. Il sera probablement révisé en octobre lorsque la 8.10 sera livrée, mais cela dépend de l’équipe OEM de Canonical et de leurs clients, et ce n’est pas du ressort de l’équipe du projet Ubuntu.

En travaillant avec des constructeurs, l’équipe OEM créé des images d’installation personnalisées spécifiques aux matériels de ces OEM. Ils utilisent les paquets de logiciel libre que j’ai décrit, et ils peuvent aussi inclure des logiciels tiers choisis par les OEM que Canonical ne peut pas redistribuer, ce qui fait que nous ne pouvons pas publier les programmes d’installation personnalisés qui sont produits sous contrat. Ces images sont typiquement personnalisées à la main pour un démarrage plus rapide, ce qui signifie qu’elles ne fonctionnent que sur le matériel particulier auquel elles sont destinées, à l’instar de la version standard d’Ubuntu qui doit auto-détecter et se configurer pour n’importe quel matériel sur lequel elle est démarrée.

Nous avons vraiment voulu réaliser ce projet comme un remix d’Ubuntu – basé sur les paquets standards d’Ubuntu 8.04, avec une sélection de paquets modifiés et du code additionnel, mais en laissant les paquets constituant le coeur de la plate-forme inchangés. En termes de principes associés à la marque de fabrique d’un remix d’Ubuntu, les sociétés ne peuvent pas appeler leur plate-forme Ubuntu si elles ont modifié des paquets (en particulier les paquets du noyau et du bureau) mais elles le peuvent si elles ont juste ré-arrangé les paquets standards d’Ubuntu. Canonical est dans une position privilégiée en tant que propriétaire de la marque – nous pouvons certifier un noyau personnalisé si nous croyons qu’il a été fait d’une manière appropriée qui n’entrera pas en conflit avec les processus de maintenance standard d’Ubuntu, et si nous pouvons maintenir à jour le noyau personnalisé de la même manière que le noyau standard d’Ubuntu. Ce sont donc des machines certifiées Ubuntu par Canonical, même si elles sont plus personnalisées que ce que ne peuvent faire les autres dans le cadre des principes du remix.

Nous travaillons aussi avec deux sociétés qui veulent une innovation plus radicale au niveau de l’interface utilisateur. Canonical participe directement à la conception et l’implémentation de l’une des ces IHM, et nous sommes en train d’intégrer l’IHM de quelqu’un d’autre sur une base Ubuntu pour le second projet. Je n’ai vu aucune de ces IHM, pour des raisons de confidentialité, mais on m’a dit que les équipes qui travaillaient dessus pensent qu’elles ont des belles idées qui feront progresser, de différentes manières, l’état de l’art. Tout compte fait, cela va être passionnant de voir comment l’ère des Netbooks stimulera l’innovation dans l’utilisation de Linux, car il y a beaucoup de sociétés qui veulent construire des IHM différenciées sur une base standard de Linux. Et directement ou indirectement Canonical aidera au transfert de l’innovation vers KDE et GNOME et par conséquent à l’écosystème Linux tout entier.

Origine : Netbooks pre-loaded with Ubuntu